La "barification" des cafés

Dans certaines villes de France, le café est en train d’être prohibé à certaines heures ou rendu prohibitif par son prix dans une optique de rentabilité par l’alcool.
Ainsi à Strasbourg, dans deux cafés de la place d’Austerlitz à Strasbourg, il n’est désormais plus possible de commander… des cafés après 17h. Une politique commerciale qui vise à « changer de clientèle », comme le signale cet article de Rue89 : Place d’Austerlitz, quand les cafés ne servent plus de cafés…

A Draguignan un maître de conférence spécialiste du droit à l’université de Toulouse, Malik Boumediene, qui s’est vu refuser un café en terrasse après 17h, décide de ne pas en rester là. Il porte plainte et alerte la Préfecture du Var. La Direction départementale de la protection des populations (DDPP) procède alors à un contrôle dans ledit bistrot de la place Cassin et rappelle au professionnel les règles en vigueur : "En l’occurrence, un bistrotier ne peut pas refuser de servir une boisson chaude inscrite sur la carte, à un client. Sauf cas exceptionnel, bien sûr, comme une panne de machine". En cas de non-respect répété, suite à un premier contrôle, "le professionnel peut être verbalisé avec une contravention de 5e classe de 1.500 euros." (voir l'article de Var-Matin)

A Toulon, un restaurateur, souhaitant développer un bar à cocktails dans son établissement, la Brasserie La Réale, a décidé de ne plus en servir dès 17h. La décision a été mal accueillie par ses clients, notamment l'une d'entre eux qui a déposé une plainte, attirant l'attention de la répression des fraudes. L'administration rappelle à cet établissement qu'il n'a pas le droit de refuser de vendre du café, ce qui pousse le restaurateur à vendre son petit noir 50 euros. Puis se ravisant, à 10 euros ! (voir l'article de Var-Matin).

Moins de café, plus d’alcool, plus de profit sur la marge, plus de débit, et aussi souvent plus de bruit pour le voisinage.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.