Le Docteur Bertrand Lukacs réagit aux 22 propositions du MAEDI

Imaginons que le ministère de la Santé demande à des « experts » travaillant pour et payés par l'industrie du médicament de faire un rapport sur le développement possible de l’économie du médicament. Pensez-vous un instant que ce rapport puisse être neutre et équilibré et qu’il puisse traiter avec rigueur des risques liés à la surmédicalisation, à l’auto prescription et aux effets secondaires ? Probablement pas et vous avez raison.
Sauf que cette situation n’existera jamais, car dans cette configuration, le conflit d’intérêt est tellement évident qu’il sera immédiatement dénoncé.

Ce qui me stupéfie, ce n’est pas que Monsieur Barillet* écrive du Monsieur Barillet, mais c’est bien que des responsables politiques de haut rang puissent être à ce point aveugles, ou pire pas aveugles du tout, sur ce formidable conflit d’intérêt rendant ce rapport parfaitement tendancieux, asymétrique et dénué de toute valeur.

En contrepoint, le document produit par les services du premier ministre de Grande Bretagne sur les enjeux de l’économie de la nuit, incluant l’impact environnemental, me parait être un exemple de pragmatisme et d’équilibre (Good Practice in Managing the Evening and Late Night Economy: A Literature Review from an Environmental Perspective)

Je trouve cette situation pathétique et très grave : en faussant délibérément et systématiquement l’analyse pour faire croire aux bénéfices mirifiques de leur vision du développement de l’économie de la nuit, les auteurs occultent totalement les méfaits des troubles du sommeil (deuxième enjeu sociétal de santé publique après la pollution atmosphérique selon l'OMS) et les ravages de l'alcoolisation nocturne, véritable fléau surtout pour les jeunes. C’est pathétique car en faisant ainsi, en niant ces enjeux de santé publique, le solde global, in fine, pour la société sera très largement négatif.

L’image ainsi donnée du pouvoir politique est consternante car c’est justement le rôle du pouvoir politique d’être l’arbitre qui fixe les règles pour la société de demain : oui bien sûr pour une société festive mais pas organisée aux dépens d’enjeux majeurs de santé publique qui nous concernent tous : il faut que le pouvoir politique dise haut et fort que le bien dormir la nuit est une nécessité non négociable et que la lutte contre l'hyper alcoolisation nocturne est une priorité absolue pour protéger et la jeunesse et la société de ces méfaits directs et indirects.

Docteur Bertrand Lukacs, Président de l’association des riverains du Canal Saint Martin, Membre du Réseau "Vivre Paris!"

* Renaud Barillet : Fondateur et Directeur général associé d'Oriza Groupe, Renaud Barillet est le Président des Pierrots de la Nuit et du Réseau Musiques Actuelles à Paris. Il exploite et développe la petite Halle de la Villette et a également repris l'exploitation de la Rotonde de la Villette.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.