Communiqué de presse d'associations néo-calédoniennes

L'Association des Résidents de la Baie Des Citrons et de Ensemble Pour La Planète, membres du Réseau "Vivre la Ville!", combattent les nuisances sonores depuis des années. Elles ont saisi la cour administrative d'appel de Paris pour contester la décision du Tribunal Administratif de Nouméa qui a rejeté leur requête tendant à la prescription des mesures nécessaires à l'entière exécution du jugement du 17 mars 2016 qui imposait aux collectivités de légiférer contre le bruit dans un délai de 6 mois.
Devant l'impossibilité de communiquer avec les politiques locaux sur ce dossier, un communiqué de presse a été diffusé dès le mercredi 16 août 2017. Des interventions radios et télévisions locales devraient suivre.

Ces deux associations bataillent depuis des années contre ce "fléau" que sont les nuisances sonores.
- 10 ans pour tenter de convaincre les élus que ce fléau porte atteinte à la santé humaine et à celle des écosystèmes en Nouvelle-Calédonie AUSSI.
- 5 ans à négocier à l'amiable avec les collectivités qui n'ont toujours pas produit une seule ligne de réglementation officielle contre les nuisances sonores malgré l’injonction du juge.
- 3 ans de procédures judiciaires pour lesquelles les collectivités responsables combattent maintenant les associations porteuses d'une revendication légitime au lieu de les accompagner dans leur rôle sociétal.

Le Réseau "Vivre la Ville!" soutient ces deux associations dans leur combat et peut reprendre les slogans figurant en conclusion de leur communiqué de presse:

Le bruit tue !
Mais silence sur le bruit !
A qui profite ce silence ?
Doit-on faire ENCORE du bruit contre ce silence ?

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Communiqué de presse d'associations néo-calédoniennes

  1. natte dit :

    Décidément du nord au sud, les problèmes se ressemblent et l'incurie administrative et judiciaire est partout la même. Restons mobilisés pour défendre nos droits fondamentaux, et notamment celui du droit à la tranquillité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.