Qu’y a-t-il de commun entre Bergame et Nantes ?

BERGAME
A Bergame, en Lombardie, l’association de riverains « Residenti Borgo Santa Caterina » est devenue « Comitato Residenti e Commercianti di Borgo Santa Caterina »*
En effet, en décembre dernier, cette association a recueilli l’adhésion de 64 commerçants, gérants de commerces de proximité (alimentation, vêtements, technologie, etc…) qui font vivre leur quartier de jour et subissent eux aussi la saleté et les dégradations dues à l’activité nocturne (vomi, urine, gobelets, bouteilles abandonnées, tessons de verre brisés, etc…).
Une alliance qui lui semble positive.
Dans une petite ville comme Bergame, il est relativement facile d’impliquer les personnes. Le quartier dispose par ailleurs d'un centre culturel dont le Comito est partenaire. Ils organisent donc ensemble de petits évènements culturels : lectures, théâtre, petits concerts de musique classique, rencontres sur les thèmes de l’artisanat, de l’histoire du quartier, des joyaux artistiques de la ville. Ils le font sur les lieux des sorties nocturnes, le vendredi et le samedi, en impliquant un certain nombre de citoyens et finalement les établissements de nuit finissent par se retrouver assez isolés.

NANTES
A Nantes l‘association « Les rues de Graslin » signale une autre initiative : une alliance entre associations d’habitants et commerçants face à l’ampleur du problème actuel dans le centre-ville de Nantes.
Il s’agit du « Rassemblement Commerçants et Habitants Centre Ville de Nantes », une alliance entre
- les 3 associations du centre-ville de Nantes membres du Réseau "Vivre la Ville!"** et
- une nouvelle association nommée « SOS Nantes Centre Ville » (Soutenons Osons Sourions), association indépendante de « Plein Centre » l’association traditionnelle des commerçants de Nantes soutenue par la CCI et la Mairie de Nantes.
L’association « SOS Nantes Centre Ville » regroupe des commerces de jour et des commerces du soir (petits cafés-bars et restaurants qui ferment à minuit).

Pourquoi ces initiatives ?
Depuis le printemps et l’été dernier et suite aux 3 mois de manifestations très violentes contre la loi Travail, le centre–ville de Nantes semble boudé par ses usagers.
En effet, ces manifestations se sont accompagnées de bagarres entre manifestants et policiers.
Aux dérives qui ont accompagné ces manifestations se sont ajoutés les casseurs d’origines hétéroclites (allant du fils de bonne famille aux dealers de banlieue, habillés en noir avec une cagoule) greffés sur les très nombreuses manifs contre le projet de Notre Dame des Landes : entre 220 et 900 casseurs à chaque manifestation.
Tout le centre-ville a été saccagé.
La plupart des vitrines des banques, des agences immobilières, des assureurs des Galeries Lafayette, d’EDF ont été cassées, tout comme les vitres de la Mairie. Certains magasins ont même été pillés (Go Sport, Bang & Olufsen).
Les chiffres d’affaires de certains commerces ont baissé jusqu’à 70%.
D’où cette alliance entre associations d’habitants et commerçants du centre-ville en vue d’interpeller la Mairie sur l’ampleur des problèmes d’accessibilité, de bruit, de propreté et de sécurité.
Le « Rassemblement Commerçants et Habitants Centre Ville de Nantes » a alerté à plusieurs reprises la mairie de Nantes. En vain.
La Ville se contente de communiquer sur l’avancée que constitue la possibilité de se marier désormais la nuit à Nantes…
Face à ce manque de réactivité le « Rassemblement Commerçants et Habitants Centre Ville de Nantes » organise diverses actions pour inciter les Nantais à « reprendre en mains leur ville ». Début janvier notamment, a eu lieu un évènement invitant les habitants, les commerçants et les usagers du centre-ville à partager une galette des rois en début de soirée dans un bistrot traditionnel.
Cette manifestation a rencontré un franc succès.

Face aux défaillances de l’autorité publique, en Italie comme en France, des habitants et des commerces de proximité mettent en place des stratégies et des alliances pour retrouver l’initiative, se réapproprier l’espace public et faire valoir leurs droits.

Notes
- * membre du Coordinamento Nazzionale No Degrado et Mala Movida (lien), membre du Réseau "Vivre la Ville!"
- ** ces associations sont membres du Réseau "Vivre la Ville!". Il s’agit de :
- l’Association Guist’hau Delorme
- « Habiter Le Bouffay »
- « Les rues de Graslin »

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Qu’y a-t-il de commun entre Bergame et Nantes ?

  1. Chtimi59 dit :

    Constat identique pour d'autres villes: Rennes, Lille, Toulouse, Clermont Ferrand, Strasbourg.http://www.rue89strasbourg.com/vie-nocturne-villes-province-80901

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.